AccueilChirurgie visuelleTypes de chirurgie visuelle

La vision après une chirurgie de la cataracte, du point de vue d’un chirurgien

En tant que professionnel des soins de la vue depuis plus de 25 ans, j’ai réalisé des chirurgies de la cataracte pendant plus de la moitié de mes années de pratique. J’ai conseillé des milliers de patients à cette époque au sujet des avantages et des risques de l’intervention.

Toutefois, quand on m’a diagnostiqué un « début de cataracte » à 55 ans, j’ai découvert que le patient le plus difficile à conseiller était moi-même. Premièrement, je songeais à aller à l’encontre des conseils que je donnais habituellement à mes patients.

J’ai toujours été un chirurgien de la cataracte très conservateur. Ainsi, j’attendais que l’acuité visuelle d’un patient soit d’au moins 20/50 ou pire avant d’avoir une discussion sérieuse avec lui au sujet des possibilités de chirurgie de la cataracte.

Pendant ces consultations, de nombreuses personnes aux prises avec des cataractes étaient horrifiées d’apprendre que la chirurgie était la seule option pour rétablir leur vision. Le cristallin naturel trouble de l’œil doit être retiré et remplacé par un implant cristallinien artificiel, appelé lentille intraoculaire ou implant cristallinien artificiel.

Même après que j’aie cessé de réaliser des chirurgies de la cataracte et que des procédures plus modernes et sécuritaires aient été adoptées, je discutais rarement, voire même jamais, de chirurgie de la cataracte sérieusement avec une personne dont l’acuité visuelle était de 20/20 à 20/25 telle que mesurée sur une échelle d’acuité visuelle.

De nombreux chirurgiens croient que les complications de chirurgie de la cataracte, même mineures, sont trop importantes lorsqu’une personne peut toujours bien voir sans avoir besoin de chirurgie.

Toutefois, mon expérience personnelle récente m’a appris à quel point la qualité de notre vision peut se détériorer avec des cataractes, même lorsque les échelles d’acuité visuelle nous indiquent que nous pouvoir supposément « bien voir ».

Signes précoces des cataractes

Au premier abord, j’ai commencé à remarquer des halos autour des réverbères le soir et de l’éblouissement provenant des lumières vives pendant le jour.

Auparavant, j’ai toujours eu une acuité visuelle de 20/20+ sans lunettes. Toutefois, des cataractes se formaient dans mes yeux, et mon œil droit était pire que le gauche. Dans le fauteuil d’examen, je pouvais toujours voir la ligne 20/20 ou 20/25 sur l’échelle d’acuité visuelle sans problème. Autrement dit, et comme je le disais toujours à mes patients, je pouvais supposément « bien voir ».

Toutefois, environ un an avant de décider de subir une chirurgie de la cataracte, j’ai obtenu de très mauvais résultats lors d’un test de perception des contrastes lorsque d’une source éblouissante (lumière vive) a été dirigée dans mes yeux pendant le test. Cela signifie que, en raison de la diffusion de la lumière et des autres interférences causées par les cataractes brouillant mes cristallins, il était beaucoup plus difficile pour moi de distinguer les objets de leur arrière-plan lorsque le contraste entre les deux n’était pas tranché comme du noir et du blanc, comme les lunettes d’une échelle d’acuité visuelle standard.

Quand je fermais mon œil gauche, j’avais l’impression qu’une mince couche de cire de paraffine obstruait tout ce que je voyais. Cette vision devenait encore plus opaque au fil du temps.

Quand je conduisais le soir, j’avais les symptômes classiques des cataractes : voir des halos autour des lumières et des phares, et un léger rayonnement autour des réverbères. En raison du contraste entre les véhicules foncés et de l’arrière-plan sombre de la soirée, j’avais de la difficulté à délimiter le véritable périmètre des véhicules devant moi.

Malgré ces symptômes, les échelles d’acuité visuelle indiquaient tout de même que je pouvais « bien voir ».

Perte de la perception des contrastes et de la perception de la profondeur

L’aspect flou et trouble au centre de mon œil droit m’a rendu presque monoculaire, ou « borgne ». Mon œil gauche est devenu directeur, parce que je pouvais toujours voir à travers cet œil puisque la cataracte n’était pas aussi prononcée.

[Vous voulez savoir quel œil est directeur? Essayez un de ces tests pour déterminer l’œil directeur.]

Ma vision altérée n’a pas nui à mes activités quotidiennes normales. Toutefois, lorsque je réalisais des chirurgies, j’ai remarqué que je ralentissais beaucoup en raison d’une perte de perception des contrastes. Comme je ne pouvais plus bien voir avec les deux yeux, j’ai aussi fait l’expérience d’une réduction de la perception de la profondeur.

Même les lumières suspendues ne parvenaient pas à illuminer le site chirurgical aussi efficacement qu’avant. Ma lampe chirurgicale portative semblait aussi avoir perdu une partie de sa luminance.

Les plaintes que je formulais dans la salle d’opération étaient semblables à celles que j’avais entendues de la part de mes patients atteints de cataractes « précoces » qui affirmaient avoir besoin de beaucoup plus de lumière pour lire confortablement.

À l’extérieur de la salle d’opération, j’avais tendance à utiliser une vieille loupe à mon bureau quand je regardais des caractères noirs imprimés sur un arrière-plan coloré.

Si un ami ou un membre de la famille se tenait devant une porte en verre coulissante ou une fenêtre en baie, je voyais uniquement sa silhouette avec mon œil droit, sans être en mesure de distinguer les traits du visage.

Toutefois, l’échelle d’acuité visuelle indiquait que j’avais une vision de 20/20 à 20/25 et que je pouvais « bien voir ».

Après une période d’hésitation, j’ai suivi le conseil que je donnais presque toujours à mes patients atteints de cataractes. Comme tout autre chirurgien oculaire, j’avais trop de connaissance en matière de chirurgie de la cataracte, particulièrement au sujet des complications « rares et à de longs intervalles ». Pourquoi prendre des risques, à moins que cela soit absolument nécessaire?

En outre, je pouvais « bien voir », à l’exception de quelques frustrations visuelles occasionnelles.

Le coup de grâce : l’heure de la chirurgie de la cataracte

Toutefois, un après-midi, mes sentiments ont changé drastiquement pendant que je conduisais vers la maison en revenant de mon cabinet.

Je me rendais vers l’Ouest avec un coucher de soleil typique de la Floride. À un moment donné, pendant que je changeais de voie, le soleil est apparu entre la bordure de mon pare-soleil et mon rétroviseur, juste à l’intérieur du cadre de mon pare-brise, créant un effet très éblouissant qui a temporairement obstrué ma vision de la route devant moi.

Heureusement, il n’y avait aucun véhicule à proximité et l’incident n’a pas affecté ma conduite. Mais cet événement a été le coup de grâce. J’ai réalisé que je pourrais ne pas être aussi chanceux la prochaine fois. J’ai aussi constaté que le risque d’un accident automobile de la sorte était beaucoup plus grand que les risques beaucoup moins importants liés à une chirurgie de la cataracte.

Comme je suis entouré d’excellents chirurgiens de la cataracte, il n’a pas été difficile de choisir une personne pour réaliser mon intervention. D’une certaine manière, me forcer à prendre rendez-vous pour la chirurgie a été aussi difficile que de prendre la décision de subir l’intervention.

Les médecins sont réellement de mauvais patients

Il est bien connu que les médecins sont de très mauvais patients. Premièrement, je connaissais beaucoup de trop de choses au sujet de la partie du corps délicate qui était sur le point d’être opérée. De plus, j’avais vu beaucoup trop de vidéos pendant des conférences qui illustraient « les choses qui pouvaient mal tourner » pendant les chirurgies.

C’était sans équivoque : J’étais très nerveux, même si j’avais une confiance totale envers mon chirurgien.

Je me suis fait un sermon sur l’importance d’être un « bon » patient, et non pas un de ces patients « médecins » terribles. Je me suis dit que je laisserais mon chirurgien choisir entièrement les techniques utilisées.

Même si j’avais une foule d’idées géniales au sujet des variations de techniques pouvant aider mon chirurgien à obtenir les meilleurs résultats possibles, j’ai décidé de résister à la tentation de lui donner l’un de mes nombreux points de vue précieux.

En préparation pour ma chirurgie, j’ai eu droit à mon premier examen de la vue complet. Comme j’ai eu une vision parfaite la plus grande partie de ma vie, je n’avais jamais eu besoin de lunettes pour voir à distance; j’utilisais seulement des lunettes de lecture en vente libre, que je porte toujours.

Le choix entre une lentille intraoculaire monofocale et une version « haut de gamme », une lentille intraoculaire multifocale, a été facile à faire. Mes problèmes les plus importants par rapport aux cataractes étaient les éblouissements et les halos. Comme la plupart des plaintes en matière de vision des patients qui ont choisi des lentilles intraoculaires haut de gamme sont liées à l’optique, je ne voulais pas risquer de continuer à faire l’expérience d’éblouissements et de halos avec une lentille multifocale.

J’étais de plus en plus intéressé à l’idée de changer mon cristallin atteint de cataracte par une lentille intraoculaire asphérique. J’étais intrigué quand j’ai lu que l’aspect optique des lentilles asphériques pouvait être supérieur à celui du cristallin naturel de l’œil.

Bien que mon cristallin naturel m’ait donné un demi-siècle d’excellente vision, la science moderne a produit des lentilles intraoculaires produisant une superbe optique idéale pour concentrer les rayons lumineux.

La chirurgie de la cataracte

J’ai reçu mes gouttes ophtalmiques préopératoires, des antibiotiques pour prévenir une possible infection oculaire et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour contrôler l’inflammation et l’enflure.

Le jour de la chirurgie, pendant que j’étais dans la salle d’attente, j’ai demandé des médicaments pour soulager mon anxiété. Toutefois, je ne voulais pas une trop grande dose puisque je voulais me souvenir de la chirurgie et mémoriser le plus grand nombre de détails possible.

Je me souviens du déplacement jusqu’à la salle d’opération et de l’accueil de mon chirurgien. On m’a donné des gouttes anesthésiantes topiques avant de me préparer et de me recouvrir de champs opératoires.

Une personne m’a demandé de regarder directement la lumière, où j’ai vu deux demi-cercles épais et gris en trois dimensions, légèrement décalés et séparés par un espace.

Pendant l’intervention, toute ma vue était d’une couleur gris pâle, comme si j’ouvrais les yeux sous l’eau. Cette vue n’a jamais changé. J’ai écouté les sons de l’équipement utilisé pour l’intervention et j’ai essayé de remarquer les changements de ma vision pendant que mon cristallin était morcelé (émulsifié), puis aspiré.

En raison de la luminosité du microscope opératoire, ma vue est demeurée pratiquement identique. Mon chirurgien a commenté que mon cortex (la zone molle en périphérie de ma cataracte) était un peu plus tenace qu’il le croyait selon ses observations pendant l’examen de la vue au biomicroscope (lampe à fente). Mais tout allait bien.

Puis, mon chirurgien a annoncé que ma cataracte avait été retirée. J’ai regardé vers le haut à ce moment pour essayer de voir à quoi ressemblait ma vision sans cristallin (aphaque), mais je ne pouvais toujours pas distinguer de détails. Tout semblait identique.

Quand mon chirurgien a annoncé que la lentille intraoculaire était en place, je ne remarquais toujours pas d’amélioration de ma vue. C’était certainement décevant, compte tenu de mes attentes. Les demi-cercles gris en trois dimensions étaient exactement comme je les avais vus tout au long de l’intervention.

Ensuite, les champs opératoires recouvrant mon visage ont été retirés. Quand mon chirurgien a affirmé que tout s’était parfaitement déroulé, j’étais vraiment soulagé. J’ai regardé autour de moi et j’ai remarqué que mes photorécepteurs (les cellules sensibles à la lumière de la rétine) étaient toujours blanchis.

Ce phénomène se produit lorsqu’une lumière constante dirigée dans l’œil entraîne un surplus de travail pour les photorécepteurs, sans leur donner la change de récupérer et de faire de plein de photopigments sensibles à la lumière (chromophores). Cela entraîne une situation temporaire pendant laquelle les photorécepteurs sont « blanchis » ou exempts de pigments nécessaires pour une bonne vision.

Au moins, je pouvais voir les images et les ombres dans la pièce. C’était certainement satisfaisant.

Mes premières réflexions après la chirurgie

En raison des médicaments qu’on m’avait donnés, je ne me souviens pas de la période obligatoire de 10 à 15 minutes passée dans la salle de réveil. Toutefois, mes souvenirs reprennent précisément au moment où j’étais assis dans un fauteuil de la salle de sortie.

Depuis la salle de sortie, je pouvais voir la salle d’attente et la salle de réveil. Dans mon œil droit, ces zones étaient définitivement claires. En fermant mon œil gauche, je pouvais voir tout le monde marcher et je pouvais les reconnaître facilement.

Les images à distances étaient floues. Malheureusement, j’ai décidé d’observer mon bracelet d’identité et j’ai remarqué que mon nom était parfaitement clair.

« Oh non », me suis-je dit. « Maintenant, je suis myope! Je n’ai pas la bonne puissance dans mon cristallin artificiel. Quelqu’un a fait une erreur! »

(Vous vous souvenez de ce que j’ai dit au sujet des médecins qui font de très mauvais patients parce qu’ils en savent trop ou qu’ils croient tout savoir?)

J’étais agité. Je ne voulais pas être myope après une chirurgie de la cataracte. Toute ma vie, j’ai été emmétrope, ce qui signifie que j’avais une bonne vision ne nécessitant aucune correction. Je me demandais si je devais dire quelque chose maintenant ou simplement attendre. Je suis un médecin, après tout, et je devais mettre les choses au clair.

Aurais-je besoin de subir une autre intervention? J’espérais que non.

J’ai essayé de me souvenir de tout ce que je savais au sujet des chirurgies de la cataracte sur une cornée claire, le type d’intervention que je venais de subir. Je me suis souvenu que l’œdème, ou l’enflure, de la cornée implique habituellement une myopie de transition jusqu’à ce qu’il soit résorbé.

J’ai décidé d’attendre avant de dire quoi que ce soit, même si je m’inquiétais de la possibilité d’un résultat visuel sous-optimal pendant le chemin du retour à la maison. Sur une note plus positive, pendant que j’étais occupé à remettre mon chirurgien en question, j’ai remarqué que les contrastes de couleur à distance étaient exceptionnels.

La vision après une chirurgie de la cataracte

Vers le milieu de l’après-midi, la qualité de ma vision s’était améliorée considérablement. Toutefois, mon acuité visuelle était toujours inférieure à mes attentes. Je voulais ce que les publicités à la télévision et à la radio promettaient : « une vision de 20/20 tout de suite après la chirurgie »! J’étais toujours plus myope qu’emmétrope, et cela me fâchait.

Mais, somme toute, la journée de ma chirurgie s’était déroulée sans accroc. J’ai pris mes gouttes ophtalmiques d’ordonnance pour prévenir l’infection et réduire l’enflure, et je me suis croisé les doigts.

Lors de mon réveil le lendemain de ma chirurgie, j’avais très hâte de retirer mon cache-œil. Ma vision était encore un peu plus floue que la veille, et j’ai tenté d’expliquer ce phénomène comme étant une enflure de la cornée pendant la nuit résultant d’une hypoxie (une faible quantité d’oxygène) de l’œil. Différents facteurs peuvent causer ce phénomène, y compris les larmes stagnantes qui ne sont pas éliminées en clignant des yeux pendant la nuit. Peu importe la cause, ce type d’œdème peut entraîner une myopie de transition encore plus importante.

Ma vision de près était plutôt bonne. J’ai continué à utiliser mes gouttes ophtalmiques. Pendant l’après-midi du premier /jour post-opératoire, la vue de mon œil droit était différente de tout ce que j’avais vécu : plus claire et colorée que j’avais pu en faire l’expérience, même pendant ma jeunesse.

Voici les résultats de cette première journée après la chirurgie :

  • Acuité visuelle : 20/25 (distance)

  • Pression oculaire interne (intraoculaire) de 19 mm Hg (normale)

  • Inflammation interne minimale

Ma vision était d’au moins 20/25 avant ma chirurgie de la cataracte. Toutefois, cette nouvelle vision de 20/25 n’était pas seulement différente; elle était spectaculaire.

J’ai comparé ma nouvelle vision à la journée où j’ai acheté ma première télévision à haute définition (TVHD). J’ai eu l’impression de regarder le monde à travers une télévision à haute définition avec mon œil droit et avec une vieille télévision analogique avec mon œil gauche.

À ce moment, la sensation de « couche de cire » semblait être devant mon œil gauche, ce que je n’avais jamais remarqué avant la chirurgie de mon œil droit. Et mon œil gauche était censé être mon œil le plus efficace.

Je n’étais plus myope. Le contraste net entre deux objets de couleurs différentes était absolument sensationnel. Lors du premier et du deuxième jour après la chirurgie, j’avais l’impression que la situation s’améliorait d’heure en heure.

J’avais aussi une excellente vision en conduisant le soir. Mon œil droit pouvait délimiter les périmètres nets d’un véhicule foncé sur un arrière-plan foncé. Je ne voyais plus de halos autour des lumières. Les images sur les trottoirs et même à l’intérieur des véhicules étaient parfaitement claires.

Une des images les plus spectaculaires que j’ai aperçues était un ensemble en verre de Murano qui reposait contre un mur blanc à la maison. Le verre était d’un bleu cobalt, avec des motifs et des touches décoratives en or 24 carats. Quand je l’ai examiné seulement avec mon œil droit, il semblait presque être en trois dimensions en raison du contraste exceptionnel entre les couleurs.

Jusqu’à présent, j’ai toujours une « vision monoculaire en 3-D ».

J’avais prévu une journée entière de chirurgies le deuxième jour suivant mon opération. Il était extrêmement agréable d’être de retour dans la salle d’opération, de l’autre côté de la table d’opération cette fois-ci.

Les lumières suspendues étaient si lumineuses que j’ai dû les diminuer de deux degrés. Ce n’était pas causé par une sensibilité à la lumière, mais parce que je pouvais voir beaucoup mieux qu’avant sans avoir besoin de lumière supplémentaire. Quand j’ai dû utiliser ma lampe frontale pour un cas en particulier, le faisceau halogène a émis une lumière blanche éclatante dont je ne me souvenais pas. J’ai même terminé ma journée plus tôt que prévu.

Ma première « complication visuelle » s’est produite lors du quatrième et du cinquième jour après l’opération. Lors du quatrième jour post-opératoire, chaque source de lumière en un point (comme les réverbères, les feux arrière rouges, les phares blancs des voitures à l’approche) était marquée par deux traces bien définies à des angles de 60 degrés et à des angles opposés à 240 degrés, un phénomène entièrement nouveau.

J’ai commencé à me demander ce que cela voulait dire, mais j’ai choisi d’attendre avant de paniquer. Vers la huitième nuit, les traits étaient disparus. Une ride temporaire sur ma capsule postérieure (la partie arrière de la « poche » contenant le cristallin) était probablement responsable du problème.

Lors de ma visite une semaine après l’opération, mon acuité visuelle sans correction était de 20/15, ma tension intraoculaire était de 19 mm Hg et je n’avais que des traces d’inflammation interne.

Pendant ce temps, au bureau

Un mois après ma chirurgie, j’ai examiné une femme de 75 ans qui était ma patiente depuis plus de 20 ans. Elle présentait des cataractes « précoces » que je surveillais depuis plus d’une décennie.

Pendant sa consultation l’année précédente, cette patiente avait une vision de 20/40 dans chaque œil /et des cataractes modérées. J’avais déjà inscrit à son dossier à quel point j’étais surpris qu’elle puisse voir aussi bien malgré ses cataractes. Les échelles d’acuité visuelle et d’autres tests avaient confirmé qu’elle pouvait « bien voir ».

Même lors de cette journée, elle m’a affirmé qu’elle pouvait « bien voir ».

Toutefois, lors de cette consultation, sa vision était de 20/50 dans un œil et de 20/60 dans l’autre œil, même si elle ne se plaignait pas de sa vision.

Elle est devenue la première patiente à qui j’ai confié que j’avais récemment subi une chirurgie de la cataracte.

Et cette fois, j’avais adopté une approche entièrement différente de mes discours précédents sur les cataractes.

À cette occasion, je n’ai pas suggéré une chirurgie de la cataracte; j’ai insisté pour qu’elle subisse une chirurgie de la cataracte. J’ai suggéré qu’elle pourrait en bénéficier en ayant une meilleure vision pour conduire, mais j’ai insisté sur le fait qu’elle en avait besoin pour avoir une vision comme la mienne pour mieux profiter de la vie, plutôt que de se contenter de « bien voir ».

Find Eye Doctor

Planifier un examen

Trouver Eye Doctor