AccueilSoins des yeux Ressources sur la vision

Pupille : l’ouverture de l’œil

L’une des parties les plus importantes de l’œil n’est même pas une structure; c’est un espace ouvert. Il s’agit de la pupille.

Définition de la pupille

La pupille correspond à l’ouverture au centre de l’iris, la structure qui donne une couleur à vos yeux). La pupille a pour fonction de laisser la lumière pénétrer dans l’œil de manière à ce que la mise au point soit effectuée sur la rétine pour commencer le processus de la vision.

Habituellement, les pupilles ont une apparence parfaitement ronde, aux dimensions égales et de couleur noire. La couleur est noire puisque la lumière qui traverse la pupille est absorbée par la rétine et n’est pas réfléchie dans des conditions lumineuses normales.

Si la pupille a une apparence trouble ou une couleur pâle, cela signifie habituellement que le cristallin de l’œil, qui est situé directement derrière la pupille, est devenu opaque en raison de la formation d’une cataracte. Lorsque le cristallin trouble est remplacé par une lentille intraoculaire claire pendant une chirurgie de la cataracte, la pupille retrouve son apparence noire normale.

La couleur de votre pupille peut changer dans le cadre d’une autre situation fréquente : lorsqu’une personne vous photographie avec un flash. Selon la direction de votre regard lorsque la photo est prise, vos pupilles peuvent sembler d’un rouge vif. Ce phénomène s’explique par le réfléchissement de la lumière intense du flash par la couleur rouge de la rétine.

Fonction de la pupille

Ensemble, l’iris et la pupille contrôlent la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil. En poursuivant avec l’analogie d’un appareil-photo, la pupille correspond à l’ouverture de l’œil et l’iris est comme le diaphragme qui contrôle la taille de l’ouverture.

La taille de la pupille est contrôlée par les muscles à l’intérieur de iris, avec un muscle qui contracte l’ouverture de la pupille pour la rendre plus petite et un autre muscle qui dilate la pupille pour l’agrandir. Ce processus dynamique d’action musculaire à l’intérieur de l’iris contrôle la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil à travers la pupille.

Par faible luminosité, la pupille se dilate afin qu’une plus grande quantité de lumière atteigne la rétine pour améliorer la vision nocturne. Dans des conditions lumineuses, la pupille se contracte pour limiter la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil, puisqu’une trop grande quantité de lumière peut causer de l’éblouissement et un inconfort, voire même endommager le cristallin et la rétine.

Taille de la pupille

La taille de la pupille varie d’une personne à l’autre. Certaines personnes ont de grandes pupilles, tandis que d’autres personnes ont de petites pupilles. De plus, la taille de la pupille change en fonction de l’âge. Les enfants et les jeunes adultes ont tendance à avoir de grandes pupilles, tandis que les personnes âgées ont habituellement de petites pupilles.

En général, la taille normale des pupilles chez les adultes varie de 2 à 4 millimètres de diamètres dans un environnement lumineux, et de 4 à 8 mm dans l’obscurité.

En plus d’être affectées par la lumière, les pupilles se contractent habituellement lors de la mise au point sur un objet à proximité. Ce phénomène est appelé réflexe pupillaire accommodatif.

Examen de la pupille

Lors d’un examen de la vue de routine, votre professionnel des soins de la vue inspecte vos pupilles et teste leur fonctionnement.

Habituellement, un examen de la pupille est effectué dans une pièce à éclairage tamisé. Pendant que vous observez un objet à distance, la personne effectuant l’examen dirigera brièvement le faisceau d’une petite lampe de poche dans un œil à quelques reprises. Ainsi, il est possible d’observer la réaction des pupilles de chacun de vos yeux.

La personne effectuant l’examen dirigera ensuite la lumière en alternance dans chaque œil et observera de nouveau les réactions des pupilles de chaque œil. Ce test est appelé test pupillaire de Marcus Gunn, qu’on appelle aussi parfois "test de balancement de lampe de poche."

Normalement, les pupilles réagissent directement et indirectement à la stimulation lumineuse. La réaction de la pupille recevant l’illumination directe est appelée réponse directe, alors que la réaction de l’autre pupille est appelée réflexe consensuel.

La personne effectuant l’examen peut ensuite allumer les lumières de la pièce et vous demander de fixer un objet à proximité tout en rapprochant cet objet de votre nez. Ce test permet de vérifier le réflexe pupillaire accommodatif.

Si vos pupilles semblent normales et réagissent normalement, votre professionnel des soins de la vue peut consigner cet acronyme bien connu dans votre dossier médical : PERRLA, qui signifie que les "pupilles sont égales, rondes et réactives à la lumière et à l’accommodement."

Une pupille est anormale si elle n’est pas en mesure de se dilater par faible éclairage ni de se contracter pour réagir à la lumière ou à l’accommodement.

Problèmes de santé affectant la pupille

Différents problèmes de santé peuvent affecter la taille, la forme ou le fonctionnement de la pupille. Ceux-ci comprennent :

Pupille d'Adie. Ce type de pupille ne réagit presque pas à la lumière (directe ou consensuelle) et réagit de façon tardive à l’accommodement. Une pupille d’Adie, aussi appelée pupille tonique ou pupillotonie, affecte habituellement un seul œil, dont la pupille est plus large que la pupille de l’œil non affecté. La cause d’une pupille d’Adie est généralement inconnue, mais ce problème peut être causé par un traumatisme, une chirurgie, une mauvaise circulation sanguine (ischémie) ou une infection.

Signe d’Argyll Robertson. Ce type de pupille ne réagit pas à la lumière (directe ou consensuelle), mais la réaction à l’accommodement est normale. Le signe d’Argyll Robertson affecte habituellement les deux yeux et se manifeste par des pupilles plus petites que la normale qui ne réagissent pas à la lumière. Ce problème de santé est rare et la cause est généralement inconnue, mais elle est associée à la syphilis et aux neuropathies diabétiques.

Pupille de Marcus Gunn. Aussi appelé défaut pupillaire afférent relatif ou défaut pupillaire afférent, ce problème se traduit par un résultat anormal au test de balancement de lampe de poche, où les pupilles du patient se contractent moins, leur donnant une apparence dilatée, lorsque la lumière est balancée de l’œil non affecté à l’œil affecté. La cause la plus fréquente de pupille de Marcus Gunn est un dommage causé à la région postérieure du nerf optique ou une grave maladie de la rétine.

Traumatisme. Une blessure pénétrante qui affecte l’iris est une cause fréquente de pupilles de forme anormale. Un traumatisme semblable peut se produire suite à des complications d’une chirurgie de la cataracte, d’une chirurgie de lentille intraoculaire phaque ou d’un changement de lentille réfractive. Les réponses pupillaires à la lumière et à l’accommodement demeurent souvent normales ou presque normales.

Stimulation sexuelle. De récentes recherches ont confirmé que la stimulation sexuelle provoque une dilatation de la pupille, et que cette réponse peut être utile dans le cadre de recherches en sexologie pour évaluer l’orientation sexuelle.

Adie syndrome. Site Web de la National Organization for Rare Disorders. Consulté en mai 2017.

The eyes have it: sex and sexual orientation differences in pupil dilation patterns. PLoS One. Août 2012.

Remington, Lee Ann. Clinical Anatomy And Physiology Of The Visual System. 3rd Edition. Butterworth-Heinemann, 2012.

Walker HK, Hall WD, Hurst JW, éditeurs. Clinical Methods: The History, Physical, and Laboratory Examinations. 3rd Edition. (Chapitre 58 – Les pupilles). Butterworth-Heinemann, 1990.

Find Eye Doctor

Planifier un examen

Trouver Eye Doctor