AccueilMaladies oculairesLes maladies oculaires de A à Z

Ptosis :
causes et traitement des paupières tombantes

Le ptosis (ou blépharoptosis) est l’affaissement de la paupière supérieure d’un œil ou des deux yeux. L’affaissement peut varier d’un cas à l’autre, d’une paupière légèrement tombante, à un œil complètement fermé. Il ne s’agit pas d’un affaissement de la peau dû au vieillissement cutané, mais d’un dysfonctionnement du muscle qui relève normalement la paupière et qui peut affecter aussi bien les enfants que les adultes.

Comment reconnaître un ptosis ?

Le ptosis est généralement visible à l’œil nu, et son incidence esthétique est évidente. Un des deux yeux semble plus fermé que l’autre, ou les deux yeux ne semblent pas complètement ouverts. Si vous pensez souffrir d’un ptosis (d’apparition récente) , comparez une photo actuelle de votre visage avec une autre photo d'il y a 10 ou 20 ans, et vous verrez probablement une différence au niveau de la peau de la paupière.

Il faut différencier le ptosis du dermatochalasis, un groupe de maladies du tissu conjonctif provoquant un affaissement de la peau sous la forme de plis. Ces maladies sont associées à une formation de tissu élastique anormal. Consultez un ophtalmologiste pour identifier la cause de vos paupières tombantes.

Quelles sont les causes du ptosis ?

En haut : position normale des paupières. En bas : ptosis (des deux yeux).

Le ptosis peut avoir différentes origines ; il peut être présent à la naissance (ptosis congénital) ou acquis. Dans le cas d’un ptosis congénital, il s’agit le plus souvent d’une dystrophie du muscle releveur de la paupière, présente dès la naissance sur un œil ou les deux. En cas de ptosis acquis, plusieurs origines sont possibles, parmi lesquelles :

  • Une paralysie du nerf (troisième paire crânienne) qui innerve le muscle releveur de la paupière, paralysie pouvant elle-même être due à différentes causes (tumeur, inflammation, insuffisance circulatoire, traumatisme, etc.). Dans ce cas le ptosis est généralement associé à des troubles oculo-moteurs avec strabisme.

  • Une maladie neuro-musculaire : myopathie oculaire, myasthénie

  • Un ptosis dit sénile, dû au relâchement du muscle releveur de la paupière avec l’âge

  • Un traumatisme direct, avec ou sans fracture de l’orbite

  • Un léger ptosis apparaît parfois après une opération de cataracte.

Un ptosis peut donc s’associer à d’autres pathologies oculaires, comme un strabisme ou une difficulté d’élévation des yeux, lorsque son origine concerne non seulement le muscle releveur de la paupière, mais aussi les muscles oculo-moteurs. Dans certains cas le sujet doit alors pencher la tête en arrière pour mieux voir.

Quel traitement en cas de ptosis ?

Une fois déterminée l’origine du ptosis et après avoir pris en charge ses causes possibles, on peut envisager une solution chirurgicale, qui est adaptée à chaque cas particulier. Plusieurs types d’intervention possibles :

  • Chirurgie du muscle releveur de la paupière, qui le raccourcit et permet une meilleure ouverture de l’œil.

  • La résection conjonctivo-Mullérienne à la face profonde de la paupière supérieure, qui raccourcit la paupière.

  • Suspension des paupières au muscle frontal

Les modalités de l’intervention et sa faisabilité sont déterminées au cas par cas selon les causes et l’importance du ptosis.

Risques associés à la chirurgie de correction du ptosis

Après la chirurgie de correction du ptosis, vos paupières pourraient ne pas être symétriques, même si elles sont plus hautes qu’avant l’intervention. Très rarement, le mouvement des paupières peut également être touché.

L’opération peut également occasionner une sécheresse oculaire en raison de paupières relevées qui ne se ferment pas complètement. Si vous devez recourir à un traitement chirurgical du ptosis pour vous ou votre enfant, votre ophtalmologiste ne manquera pas de vous diriger vers un chirurgien spécialisé dans ce type de procédures.

Le ptosis chez les enfants

Lorsqu’un enfant est né avec un ptosis, on parle de ptosis congénital. Dû à un mauvais développement du muscle releveur de la paupière, il peut être unilatéral ou bilatéral. On peut tout à fait vivre avec un ptosis et le traitement chirurgical n’est pas un passage obligé. En revanche, un suivi régulier par un ophtalmologiste permettra de surveiller son évolution, et notamment de dépister un risque d’ amblyopie lié à un strabisme associé. Votre ophtalmologiste sera ainsi en mesure de décider du meilleur moment pour intervenir si nécessaire, et vous adressera généralement à un confrère spécialisé dans ce type de chirurgie.

Find Eye Doctor

Trouvez un opticien proche de chez vous

Rechercher