Accueil Maladies Erreurs de réfraction

Les tests de sensibilité au contraste : qu’est-ce que c’est ?

Tableau des yeux de contraste

Un test de sensibilité au contraste mesure votre capacité à distinguer des augmentations de plus en plus minces de la lumière par rapport à l’obscurité (le contraste).

Ce test diffère des tests d’acuité visuelle courants, effectués dans le cadre d’un examen de la vue de routine, qui mesure votre capacité à reconnaître des lettres de plus en plus petites sur une échelle d’acuité standard.

La sensibilité au contraste est une mesure très importante de la fonction visuelle, en particulier dans des situations de faible luminosité, de brouillard ou d’éblouissement, dans lesquelles le contraste entre les objets et leur arrière-plan est souvent plus faible. La conduite de nuit est un exemple d’activité qui exige une bonne sensibilité au contraste pour des raisons de sécurité.

Même si vous avez une acuité visuelle de 10 / 10, vous pouvez avoir des problèmes visuels ou de santé en général qui peuvent diminuer votre sensibilité au contraste et vous donner l’impression que vous ne voyez pas bien.

Les symptômes d’une sensibilité réduite au contraste

Si votre sensibilité au contraste est faible, il est possible que vous ayez des difficultés à conduire la nuit, notamment à voir des piétons marcher le long de rues mal éclairées. Ou vous remarquerez peut-être que vos yeux se fatiguent plus facilement en lisant ou en regardant la télévision.

Expandable

Une personne ayant une acuité visuelle normale, mais une faible sensibilité aux contrastes peut voir clairement les arbres au premier plan (fort contraste), mais avoir du mal à distinguer les contours des montagnes du ciel en arrière-plan (faible contraste).

Une mauvaise sensibilité au contraste peut également augmenter les risques de chute si vous ne voyez pas que vous devez descendre du trottoir sur une chaussée de même couleur.

Une faible sensibilité au contraste peut également être un symptôme lié à certains problèmes ou maladies des yeux, tels que la cataracte, le glaucome ou la rétinopathie diabétique.

Des changements de la sensibilité au contraste peuvent aussi survenir après un LASIK, une PRK et autres types de chirurgie réfractive.

Par exemple, il peut arriver qu’une personne qui a subi un LASIK ait une acuité visuelle de 10 / 10 après l’intervention, mais se plaigne d’une mauvaise vision de nuit. Cela pourrait être dû à une perte de sensibilité au contraste, due à l’opération.

À l’inverse, certaines personnes obtiennent une meilleure sensibilité au contraste et une meilleure vision de nuit après un LASIK, par rapport à leur vision avec des lunettes ou des lentilles de contact avant l’intervention.

Dans la plupart des cas, les personnes atteintes de cataracte remarquent une amélioration significative de l’acuité visuelle et de la sensibilité au contraste après une opération de la cataracte.

Les tests de sensibilité au contraste

Les tests de sensibilité au contraste ne sont souvent pas inclus dans un examen de la vue de routine. Votre ophtalmologiste pourra effectuer le test en raison d’un problème oculaire particulier que vous avez, ou bien parce qu’il soupçonne que vous souffrez d’une affection qui dégrade votre capacité à discerner les contrastes.

Expandable

Le test de sensibilité au contraste de Pelli Robson teste votre capacité à détecter les lettres qui sont progressivement moins contrastées par rapport au fond blanc lorsque vos yeux se déplacent vers le bas de tableau.

L’appareil le plus couramment utilisé pour tester la sensibilité au contraste est l’échelle de sensibilité au contraste Pelli-Robson.

De même qu’une échelle d’acuité visuelle standard, l’échelle Pelli-Robson se compose de lignes horizontales composées de lettres majuscules. Au lieu de présenter des lettres de plus en plus petites sur chaque ligne successive, c’est le contraste des lettres (par rapport au fond du graphique) qui diminue à chaque ligne.

D’autres appareils plus sophistiqués peuvent également être utilisés pour tester votre sensibilité au contraste. Ces appareils utilisent souvent des cibles appelées réseaux sinusoïdaux, qui se composent d’un certain nombre de barres parallèles floues alternant entre le clair et le sombre. Ces barres peuvent varier en largeur (fréquence spatiale) ainsi qu’en contraste d’une cible à l’autre, afin de mieux évaluer la sensibilité de vos yeux aux différences de contraste.

Certains tests par réseaux sinusoïdaux comprennent une source de lumière vive qui peut être dirigée vers vos yeux pendant le test. L'objectif étant de simuler des situations d’éblouissement telles que les phares d’une voiture venant en sens inverse en conduite de nuit.

Si votre ophtalmologiste détermine que vous avez besoin de passer un test de sensibilité au contraste, il vous le fera probablement passer après un test d’acuité visuelle standard et avant que vos pupilles ne soient dilatées.

Le test est généralement effectué pendant que vous portez vos lunettes habituelles ou des lentilles de contact, si vous avez besoin d’une correction de la vue.

Pour évaluer si vous êtes atteint d’un problème visuel, la sensibilité au contraste est généralement testée sur chaque œil individuellement.

Pour d’autres raisons, par exemple pour des tests de vision en sport ou pour évaluer la vision après l’adaptation de lentilles de contact, le LASIK ou la chirurgie de la cataracte, les tests peuvent être effectués avec les deux yeux ouverts.

La fonction de sensibilité au contraste (FSC)

Des mesures détaillées de sensibilité au contraste qui incluent à la fois la taille (la fréquence spatiale) et le contraste sont utilisées pour représenter la fonction de sensibilité au contraste (FSC) d’une personne.

Les cibles des réseaux sinusoïdaux avec des barres plus épaisses représentent les fréquences spatiales basses, tandis que les cibles à barres plus minces représentent les fréquences spatiales plus élevées. À cet égard, déterminer la FSC d’une personne équivaut à évaluer la sensibilité de son ouïe, qui implique l’utilisation de tonalités basses et élevées ainsi que de variations de volume.

Votre fonction de sensibilité au contraste se résume essentiellement à tracer la courbe qui définit le niveau de contraste le plus bas que vous pouvez détecter pour chaque fréquence spatiale testée.

En général, les objets à hautes fréquences spatiales (réseaux sinusoïdaux à barres très minces) doivent avoir un contraste nettement plus élevé que les objets à basses fréquences spatiales (réseaux sinusoïdaux à barres de largeur moyenne) pour être détectés par le système visuel humain.

Que peut-on faire en cas de faible sensibilité au contraste ?

Les résultats de votre test de la sensibilité au contraste peuvent aider votre ophtalmologiste à déterminer si vous présentez des erreurs de vision, connues sous le nom d’aberrations d’ordre supérieur, ou tout autre problème qui pourrait être corrigé par des verres spéciaux ou une opération des yeux.

Expandable

Des lunettes dont les verres sont spécialement teintés peuvent améliorer le contraste.

S’il vous est diagnostiqué une faible sensibilité au contraste, votre ophtalmologiste pourra vous conseiller de porter des verres correcteurs avec un filtre jaune pour améliorer votre capacité à discerner les contrastes.

Si vous avez besoin de lunettes de vue, bon nombre de personnes constatent que leur vision est meilleure dans des conditions de faible luminosité lorsqu’elles portent des lunettes avec un traitement dit antireflet, par rapport aux mêmes lunettes sans traitement antireflet.

En outre, des lunettes avec des verres à front d’onde personnalisés peuvent parfois améliorer la sensibilité au contraste et la vision nocturne.

Dans certains cas, le LASIK personnalisé ou par front d’onde peut réduire les aberrations d’ordre supérieur et améliorer la sensibilité au contraste.

Certaines lentilles intraoculaires (LIO) de qualité supérieure conçues avec la technologie du front d’onde peuvent également réduire les aberrations d’ordre supérieur et améliorer la sensibilité au contraste après opération de la cataracte.